Consommation des benzodiazépines en France

Consommation des benzodiazépines en France : le rapport 2012 de l’Afssaps

Un français sur cinq consomme au moins une benzodiazépine ou une molécule apparentée. Ces médicaments, qui agissent sur le système nerveux central, sont nécessaires pour de nombreux patients mais peuvent aussi présenter des risques. Depuis 10 ans, on observe une stabilisation voire une diminution de la consommation des benzodiazépines en France. L’Afssaps a publié en janvier 2012 un état des lieux de la consommation des benzodiazépines en France et de son évolution. Actuellement 22 benzodiazépines sont commercialisées en France dans le traitement de l’anxiété, des troubles sévères du sommeil, de l’épilepsie ou des contractures musculaires douloureuses.

En résumé ce rapport montre que :
• 134 millions de boîtes de médicaments contenant des benzodiazépines ou apparentées ont été vendues en France en 2010 (50,2% d’anxiolytiques et 37,6% d’hypnotiques) ;
• chaque année, un français sur cinq consomme au moins une benzodiazépine ou une molécule apparentée ;
• 60 % des consommateurs de benzodiazépines sont des femmes ; • la consommation augmente avec l’âge ;
• la consommation individuelle de benzodiazépines anxiolytiques a diminué en France en moyenne de 1,8% par an depuis 2002 ;
• la consommation des benzodiazépines hypnotiques et apparentées est stable ;
• la consommation des benzodiazépines indiquées soit dans le traitement de l’épilepsie, soit dans le traitement des contractures musculaires progresse. Compte tenu de leurs indications, ces médicaments ne sont pas toujours perçus comme des benzodiazépines ;
• les benzodiazépines sont majoritairement prescrites par des médecins généralistes ;
• la consommation des benzodiazépines expose à un certain nombre de risques bien identifiés comme des troubles de la mémoire et du comportement. Ces risques sont accrus chez le sujet âgé. Quel que soit l’âge, l’usage des benzodiazépines expose également à un risque d’abus et de dépendance psychique et physique, avec un syndrome de sevrage à l’arrêt du traitement.
• Différentes études suggèrent l’existence d’un lien entre benzodiazépines et démence. Mais les résultats de ces études ne sont pas concordants. Cette problématique est en cours d’évaluation par l’Afssaps.
• Il existe une utilisation problématique des benzodiazépines avec un détournement et un usage abusif chez les toxicomanes ainsi qu’un risque d’usage criminel à des fins de soumission chimique.
• La consommation de benzodiazépines augmente le risque d’accident de la route.

Lire le rapport de l’afssaps


Résumé rédigé par Imothep Médecine Sciences pour la SFRMS. Source Afssaps Janvier 2012

Be Sociable, Share!